Le bâtiment espère retrouver en 2022 son niveau d’activité d’avant-crise


Lors de sa conférence de presse de fin d’année, la principale fédération du bâtiment a annoncé prévoir un retour à la normale du secteur pour 2022, si toutefois la situation sanitaire ne s’aggrave pas.

Pour la FFB le contexte est incertain en raison des multiples inconnues crées par la pandémie de Covid-19 mais quelques hypothèses fortes permettent d’espérer un quasi retour à la normale pour 2022. Ainsi, un sursaut de 4,3% de l’activité est attendu pour 2022 mais la Fédération Française du Bâtiment prévoit malgré tout une baisse de 0,9% par rapport à 2019.

La FFB s’attend également à une progression inégale selon les secteurs, avec par exemple le logement neuf qui devrait connaître une augmentation de 7,3% dans la mesure où les permis de construire délivrés et les ventes “ont progressé de 15% entre 2019 et 2021”, lui faisant même dépasser son niveau d’avant-crise.

À l’inverse, le secteur du bâtiment risque de voir baisser le nombre d’autorisations décernées de 9,1% dans le logement individuel et de 6,7% dans le collectif.

Pour expliquer cette baisse, la FFB met en avant le surcoût important de nombreuses matières premières telles que les matières plastiques et leurs dérivés, certains produits métalliques mais aussi le béton, pouvant afficher jusqu’à 15% d’augmentation. En cause, la hausse du prix de l’énergie augmentant par extension le prix de production et de transport des matériaux.

La fédération s’inquiète aussi de l’application au 1er janvier 2022 de la RE2020 (réglementation environnementale des bâtiments neufs) qui va engendrer des surcoûts de 5 à 10% du prix de la construction dans l’individuel.

Concernant le logement collectif, la FFB met en avant la difficulté d’obtention des permis de construire dans les zones denses de la part des mairies mais également les résultats des mises en ventes et ventes d’appartements en 2021 en net recul par rapport à la même période en 2019.

L’une des gagnantes serait en revanche la filière Amélioration-Rénovation qui, grâce à MaPrimeRénov’, devrait atteindre les +2,7%.

Enfin, pour assurer la reprise du bâtiment, la FFB demande au gouvernement :

  • le versement immédiat des créances de carry-back,
  • de régler la panne du neuf en zone tendue notamment avec des propositions Rebsamen,
  • la majoration du Pinel à partir de 2023 pour les logements qui respecteraient les critères extra réglementaires promus par la ministre en charge du logement,
  • une aide pour compenser les effets négatifs de la RE2020 et de l’objectif ZAN (Zéro Artificialisation Nette).
    Le secteur estime malgré tout pouvoir continuer à créer de l’emploi en 2022 avec 25.000 nouveaux postes.

 

Par Batinfo le 09/12/21

Source : FFB